Bourgeoisies : pas de fusion prévue

Afin de maintenir l’identité villageoise, il n’est pas prévu que les bourgeoisies fusionnent. Unanimes, les autorités
des communes et des bourgeoisies recommanderont donc de voter « non » sur cet objet. Ainsi les bourgeois de Miège, Venthône et Veyras garderont leur droit de bourgeoisie.

La loi sur les communes prévoit que, dans le cadre d’une fusion des communes, les assemblées bourgeoisiales se prononcent aussi sur une éventuelle fusion des bourgeoisies (art. 139 al. 2 LCo). Cette consultation intervient dans tous les cas, même s’il n’est pas prévu de fusionner les communes bourgeoisiales.

Si les communes municipales fusionnent sans que les bourgeoisies ne le fassent, la bourgeoisie de Miège devra procéder à l’élection d’un conseil bourgeoisial. Elle est en effet la seule des trois communes à avoir le même conseil municipal et bourgeoisial. Les communes de Venthône et Veyras ont, quant à elles, des conseils municipaux et bourgeoisiaux distincts.